Our activities‎ > ‎Opened projects‎ > ‎

Extension d'une coopérative multi-activités (VIETNAM)

Le contexte environnemental / économique / social du projet
 
 

Da Teh

Située entre Hô Chi Minh Ville et Dalat, Da Teh est une « nouvelle zone » économique créée à la suite de la réunification du Vietnam en 1975. Sa population est constituée de migrants issus des banlieues des grandes villes du centre et du nord. Avant 1975, c’était une importante zone forestière où se côtoyaient les minorités ethniques Kôho et Ma. Aujourd’hui Da Teh compte 49’600 habitants de cultures différentes et la cohabitation n’est pas facile, en particulier pour les 10’000 autochtones

 

Comme la plupart des zones rurales du Vietnam, Da Teh reste une région pauvre et isolée. Outre la culture de l’acajou et de la canne à sucre, l’économie locale vit essentiellement de la culture du riz et de l'exploitation forestière. En raison de cette spécialisation dans les métiers agricoles, les revenus des habitants sont irréguliers et fortement aléatoires à cause des conditions climatiques trop capricieuses ces dernières années.

 

Si le développement économique dope la rémunération des citadins, à la campagne en revanche, les recettes des paysans ont du mal à suivre cette tendance haussière. En fait, le pouvoir d'achat dans ces zones rurales se trouve même diminué à cause de l'escalade des prix des biens et services, conséquence néfaste d'une croissance trop forte. En 2011, le taux d'inflation est de 18,13% (Source : Vietnam News).

Avec ses 49’600 habitants, une superficie de terres cultivables limitées et une croissance démographique supérieure à la moyenne nationale,  Da Teh doit faire face à un chômage de masse, surtout chez les jeunes. Le taux de chômage y dépasse allègrement les 30%.

Pour survivre, une partie d'entre eux exploitent illégalement  les forêts. Les Vietnamiens les surnomment "pirates des forêts". D'autres, surtout les adolescents partent de leur village à la recherche d’un travail dans des grandes métropoles. Mais, naïfs, ils tombent parfois dans les mains de certains employeurs peu scrupuleux.

 

 

C’est dans ce contexte économique et social difficile que l’Evêché de Dalat a confié au Père Duong Công Hô la mission de venir en aide aux plus démunis.

En 2006, après une formation en Développement Communautaire aux Philippines, le père Duong Công Hô s’est installé à la paroisse Da Teh et y a fondé successivement la Coopérative Hiêp Nhât puis l’école enfantine Binh Minh. Ces deux projets sont très appréciés par toutes les communautés de Da Teh et fortement soutenus par les autorités locales qui leur ont décerné plusieurs distinctions dans le cadre du programme « Combattre la faim et faire baisser la misère », en vietnamien « Xoá đói giảm nghèo ».

 

Coopérative Hiêp Nhât

Dès son arrivée, le père Duong Công Hô a constaté que :

● le nombre élevé de chômeurs,

● la richesse de Dah Teh en ressources naturelles tels que du bambou ou du rotin,

● un grand savoir-faire des métiers artisanaux traditionnels chez les autochtones.

 

C’est ainsi qu’est né le projet de la coopérative Hiêp Nhât : une manufacture des produits artisanaux créatrice de nombreux emplois dans la région, et également génératrice de généreux bénéfices qui ont notamment permis de financer plusieurs projets d’utilité publique, telle que l’école enfantine Binh Minh.

En utilisant les matières premières issues directement de la région, la coopérative fabrique des objets courants tels que sets de table, vases, objets de décoration, tables basses, fauteuils, etc..

Ces produits sont vendus à des entreprises exportatrices de Binh Duong et  Hô Chi Minh ville.

A ses débuts, la coopérative a connu des moments difficiles. Très justement grâce à la persévérance et au talent de gestionnaire de son fondateur, elle réussit aujourd’hui à employer une centaine de personnes, toutes locales, et à fournir du travail à domicile à plus de 600 familles.

La coopérative est accessible à tous les habitants du Da Teh sans distinction de race, ni de religion. Une grande partie du bénéfice de la coopérative est normalement redistribuée aux salariés et le solde sert souvent à financer des projets d’intérêt général.

 

Cooperative's website

 

Voir aussi documentation (PDF) en base de page
 
Les besoins de la coopérative sont les suivants :
recherche permanente de nouveaux clients (pour des commandes de diverses fabrications artisanales)
- éventuellement, financement de nouveaux matériels de production (au cas par cas)
 

 
Visite des ateliers de la Coopérative, en compagnie du Père Duong Công Ho (sur la photo) - 26 août 2012
Ċ
Sakura Initiative,
Sep 9, 2012, 9:26 AM
Comments